les 5 choses qui corrompent le coeur

 :: Science :: Science

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

les 5 choses qui corrompent le coeur

Message par Iman Dine le Ven 20 Juil 2007, 09:35

Bismillaih Rahman arRahim


Pour ce qui est des cinq choses qui corrompent le cœur, ce sont celles dont parle l’auteur en évoquant la fréquentation, les souhaits, l’attachement à ce qui n’est pas Dieu, la satiété et le sommeil. Il s’agit là des cinq plus graves choses qui corrompent le cœur.

Pour ce qui est de la fréquentation assidue des gens, elle remplit le cœur de la fumée des souffles des fils d’Adam jusqu’à ce qu’il se noircisse, d’où sa dispersion, ses soucis, ses tristesses, ses faiblesses. Elle lui impose également l’obligation de supporter les mauvais compagnons, de perdre ses propres intérêts pour s’occuper des leurs. Que reste-t-il alors pour Dieu et la vie future ?

Combien la fréquentation des gens apporte de problèmes, d’épreuves, de soucis et prive bien des joies, des faveurs et des occasions favorables ? Car cette fréquentation tourne généralement dans le bas monde autour de l’affection et de la satisfaction des besoins. Et devant la vérité des épreuves, elle risque même de se transformer en une hostilité. Celui qui en abuse n’aura qu’à mordre ses doigts, comme Dieu- qu’Il soit exalté – l’a dit : « …Le Jour où l’injuste se mordra les mains en disant : si seulement j’avais suivi le chemin avec le Prophète ! Malheur à moi ! Si seulement je n’avais pas pris « un tel » comme ami ! Il m’a égaré du rappel, alors que celui-ci m(était déjà parvenu… » (coran 25-27/29) « Ce jour-là, les amis deviendront ennemis les uns des autres, à l’exception de ceux qui craignent Dieu » (coran 43-67). De même ; Ibrahim (Abraham) a dit aux gens de son peuple : « …. Vous n’avez adopté les idoles en dehors de Dieu que par amour mutuel en ce monde ; puis, le jour de la résurrection, vous vous renierez les uns les autres, vous vous maudirez, les uns les autres, tandis que votre refuge sera le Feu et que vous n’aurez pas de protecteur » (coran 29-25)

Aussi, la règle de base en matière de fréquentation consiste à fréquenter les gens dans le bien. Par exemple dans la participations à la prière du Vendredi, à la prière en commun, aux cérémonies, des fêtes religieuses et du pèlerinage, à l’acquisition du savoir, au jihad, aux conseils qu’on doit prodiguer. Mais, il convient de les éviter dans le mal et pour tout ce qui touche les choses licites non indispensables. Et si la nécessité impose de les fréquenter dans le mal et qu’il soit impossible de les éviter, le serviteur est tenu de prendre ses gardes et de ne pas approuver ceux qu’il fréquente. Car ils finiront inéluctablement par lui causer de la gêne surtout s’il est faible et s’il est démuni de protection.

Pour ce qui est de la deuxième chose qui corrompt les cœurs, le serviteur doit savoir que prendre la mer des souhaits qui est une mer sans rivage ne convient qu’aux oisifs totalement démunis. Ils n’ont que les fausses promesses de Satan, les illusions et les vanités. Les vagues des faux espoirs et les vaines illusions ne cessent de bercer le passager sur cette mer, ce qui sied qu’à une âme vile et basse ne possédant aucune énergie spirituelle pour s’arracher à sa condition inférieure, car elle est rivée aux faux souhaits et aux rêveries du mental. Ainsi, chacun des rêveurs reste enchaîné par les exigences de son propre état : il y a celui qui souhaite le pouvoir et la puissance ; celui qui convoite l’argent et les choses précieuses ; celui qui convoite les femmes et les plaisirs, etc… Il passe son temps à ressasser l’image de ce qu’il désire et convoite, puis lorsqu’il se réveille de sa rêverie, il ne retrouve que les murs autour de lui.

En revanche, celui qui possède une haute ambition, ses souhaits tournent autour du savoir et de la foi, autour de l’œuvre qui le rapproche de Dieu.

Ainsi, les souhaits d’un tel homme sont faits de lumière, de foi et de sagesse, tandis que ceux des rêveurs sont remplis d’illusions et de tromperies.

S’agissant de la troisième chose qui corrompt le cœur, elle consiste à s’attacher à tout ce qui n’est pas Dieu – qu’Il soit exalté -. C’est là, absolument, l’élément le plus corruptible et le plus dommageable pour le cœur. Car lorsque le serviteur s’attache à tout ce qui est autre que Dieu, Dieu le confie à cet autre auquel il s’est accroché et le lâche pour qu’il soit à la merci de cet autre. Ce serviteur perd ainsi l’essentiel et n’aura aucun accès auprès de dieu – qu’Il soit exalté et magnifié -.

Dieu – qu’Il soit exalté - dit à ce sujet : « ils on adopté des divinités en dehors de dieu pour se faire une puissance à leur propre usage. Bien au contraire ! Ces divinités renieront l’adoration qu’ils leur rendaient et elles deviendront leur adversaires » (coran 19- 81/82) Il a dit également : « Ils ont adopté des divinités à côté de Dieu. Peut-être trouveront-ils un secours auprès d’elles ?…Elles ne peuvent les secourir ; elles forment au contraire une armée dressée contre eux. » (coran 36-74/75)

Donc, l’homme le plus abandonné est celui qui s’attache à ce qui n’est pas Dieu. Ce qu’il manque comme intérêt propre, comme bonheur et succès, ne peut-être comparé à ce qu’il obtient en s’attachant à autrui, d’autant plus que ce qu’il obtient est voué à la disparition. A vrai dire, son cas est semblable à celui qui se protège de la chaleur et du froid sous une toile d’araignée qui est le plu fragile des refuges.

En un mot l’attachement à ce qui n’est pas Dieu est à la base du polythéisme. Celui qui s’y adonne ne récolte que le mépris et l’abandon. Dieu – qu’Il soit exalté- a dit : « N’institue pas une autre divinité à côté de Dieu, sinon tu seras méprisé et abandonné. » (coran 17- 22) Il sera méprisé sans avoir personne pour le louer et le féliciter. Et il sera abandonné sans avoir personne pour le défendre et faire triompher sa cause. Car certaines personnes peuvent être opprimées tout en étant louées, comme celui qui est opprimé à tort. Elles peuvent être aussi blâmées tout en triomphant, comme celui qui opprime injustement. Elles peuvent être louées tout en triomphant, comme celui qui obtient la puissance dans l’équité. Mais celui qui associe quelque chose à Dieu ne récolte que la part la plus vile, celle de n’être ni loué, ni secouru.

S’agissant de la quatrième chose qui corrompt le cœur, elle se rapporte à la nourriture, Cet élément corrupteur (dont nous avons déjà parlé) comporte deux aspects.

- le premier : ce qui corrompt le cœur comme les interdits qui, soit se rapportent au droit de Dieu, comme la chair de la bête morte de mort naturelle sans immolation, le sang, la viande de porc et des carnivores parmi les bêtes féroces et les rapaces, soit se rapportant aux droits des créatures comme les objets volés, spoliés ou pillés et ce qui est pris sans le consentement de son propriétaire.

- le deuxième : ce qui dépasse la mesure comme l’excès dans le licite et la satiété car cela ne favorise pas les actes de dévotion. La recherche de la satisfaction des plaisirs du ventre détourne le serviteur de sa dévotion et aide Satan à se jouer de lui, car le démon circule à travers son corps.

Il n’y a que le jeûne qui peut lui obstruer les chemins de la circulation, contrairement à la satiété qui les favorise et les rend praticable. Du reste celui qui mange trop, boit trop, dort trop, il perd trop. Il est dit dans un hadith célèbre : « Jamais le fils d’Adam n’a rempli pire récipient que son ventre. Il lui suffit pourtant de prendre quelques bouchées pour maintenir sa forme. Et s’il lui en faut absolument d’avantage, qu’il réserve un tiers à sa nourriture, un tiers à sa boisson, et un tiers à son souffle. »

On rapporte qu’Iblis – que Dieu le maudisse- rencontra l Prophète Yahyâ Ibn Zakariyya (Jean baptiste) – que la paix soit sur lui- qui lui demanda : « N’as tu jamais réussi à me tromper ? »il lui dit : « Non, sauf qu’au cours d’une nuit on t’a présenté un repas et je l’ai tellement embelli pour toi que tu en as mangé à satiété puis tu t’es endormi sans faire tes prières habituelles ! » Yahyâ lui dit : « Par Die ! Je ne mangerais plus jamais d’une nourriture jusqu’à en être rassasié ! » Iblis lui répondit : « Et moi, par Dieu, je ne prodiguerais jamais plus un conseil à un humain. »

Le cinquième élément corrupteur du cœur (que nous avons aussi déjà mentionné) consiste à trop dormir. En effet, trop de sommeil fait mourir le cœur, alourdi le corps, fait perdre le temps, génère l’insouciance et la paresse. D’ailleurs, le sommeil peut être à certains moments très désapprouvé et il peut même être nuisible au corps. Cela dit, le meilleur sommeil c’est celui dont on a vraiment besoin.

Du reste dormir au début de la nuit est meilleur qu’à sa fin. De même dormir au milieu du jour est meilleur que de le faire à son début ou a sa fin. Il reste que ce qui est répréhensible c’est de dormir entre la prière de l’aube et le lever du soleil car c’est le temps du gain. Pour les itinérants, c’est un moment très précieux. Même s’ils cheminent toute la nuit, ils ne se permettent pas l’arrêt de leur pérégrination spirituelle pendant ces moments jusqu’au lever du soleil. Car c’est le moment du commencement du jour, et sa clef. C’est aussi le moment de la descente des subsistance et de l’obtention de la bénédiction.

En un mot, le meilleur sommeil et le plus utile consiste à dormir pendant la première moitié de la nuit, et au cours de son dernier sixième, ce qui représente environ 8heures (en hiver). C’est, du reste, le sommeil le plus équilibré pour les médecins.

Mais il y a aussi un sommeil inutile : il consiste à dormir juste après le coucher du soleil, au début de la tombée de la nuit jusqu’à ce qu’il fasse sombre. L’envoyé de Dieu (saws) détestait cette attitude désapprouvée par la nature humaine et par la Loi religieuse.

Mais si trop dormir génère bien des vices, le manque de sommeil favorise lui aussi des fléaux bien plus graves encore comme le mauvais tempérament, l’indisposition, la perversion de l’âme et l’incapacité de saisir et d’agir, sans compter la génération des maux qui nuisent au cœur et au corps du serviteur. C’est dire que l’existence est fondée sur l’équilibre. Celui qui s’y attache prend sa part d’accès à l’ensemble du bien. Et c’est Dieu qui accorde l’assistance.

soucre: Les sentiers des itinérants de Ibn Qayyim al-Jawziyya
Source:

: http://islamoncoeur.free.fr

Iman Dine
Equipe du Forum Iman Dine
Equipe du Forum Iman Dine

Féminin Nombre de messages : 669
Age : 31
Localisation : Paris
Points : 108
Réputation : 0
Date d'inscription : 29/03/2007

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 :: Science :: Science

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum